MONACO Actualité
Côte d'Azur - French Riviera
[Home Page]     [Mars-Avril 1998]

EVASION

Crans Montana: votre "passport-santé" vous attend dans la station la plus ensoleill&eactue;de Suisse...

Souvent, la légende veut que tout commence par une histoire de sorcières. La preuve : il y a cinq cent trente ans - c'était exactement en 1467 - Chermignon, une des six communes de l'actuelle station de Crans Montana vécut de véritables moments d'épouvante.

La preuve ...

Figurez-vous qu'en plein mois de juillet de cette année là, une tempête de neige et de grêle s'abattit sur la région et endommagea non seulement toutes les récoltes mais fit s'effondrer une maison appartenant à un certain Pierre Chedal.

Catastrophe ? Caprices de la météo ? Non ! plutôt le fait de sorciers ...

C'est en tout cas ce que prétendit la rumeur.

Accusé de sorcellerie, puis conduit au bûcher, ce Pierre Chedal, accompagné de Pierrette Trotta et de Françoise Barras, dénoncèrent ensuite une quatrième personne juste avant leur condamnation à mort. Et voilà comment une femme veuve, Françoise Bonvin, habitant Chermignon avec sa fille et ses domestiques, se retrouva sur le banc des accusés.

L'histoire devait s'avérer certainement authentique, puisqu'en se plongeant récemment dans les archives, une historienne, Sandrine Strobino, de Crans Montana, retrouva un recueil de papiers jaunis sur lequel s'étendait sur plusieurs pages cette affaire, cette affreuse conspiration. Une source historique en tout cas peu habituelle, fascinante, riche en renseignements sur les croyances de l'époque et qui dénotait la cruauté qui la marquait, puisque plus tard, Pierre Chedal, un homme de Diogne (Montana) avant d'être brûlé, avoua avoir ainsi et avec l'aide du Diable, provoqué une tempête sur les vignes de Sierre et de Corin, ainsi que Françoise Barras, accusée de sorcellerie elle aussi, qui n'hésita pas à déclarer qu'elle avait reçu l'aide de disciples de Lucifer, qui se rendaient à des réunions sordides en chevauchant des tabourets ! Depuis bien longtemps évidemment, les sorcières et tous les diables de la création ont été chassés, et Crans Montana a pu devenir ce petit paradis sur terre, où dans un décor de rêve, un des plus beaux sites du cÏur des Alpes, à 1.500 mètres d'altitude, dans un écrin de verdure entourant des sapins plongeant dans les lacs, se situe cette station, la plus ensoleillée d'Europe, dans un environnement exceptionnel, où dépaysement rime avec naturel.

Les Monégasques d'ailleurs ne s'y sont pas trompés puisque bon nombre en ont fait leur station préférée. Il est vrai que lorsqu'on prend le temps de rencontrer ceux qui font la vie de cette région, on découvre une formidable vitalité, un élan prometteur vers l'an 2000, ne serait-ce que pour vous donner envie de (re) découvrir une région, pour partager ce soleil qui brille dans le ciel de Crans-Montana-Aminona, d'Anzère, de Loèche-les-Bains, de tout le Valais, mais aussi dans les yeux de ceux qui y résident, à l'année ou le temps des vacances.

D'ailleurs le Haut-Plateau, avant-gardiste et soucieux de "bichonner" sa clientèle n'a reculé devant aucun sacrifice pour s'offrir l'équipement d'enneigement artificiel le plus moderne d'Europe où se termine les derniers frimas de l'hiver. Il est vrai que l'organisation des épreuves de Coupe du Monde de ski Alpin avait constitué l'élément moteur et l'accélération pour ainsi dire des démarches. Cela a permis notamment aux skieurs et snowboarders de rallier le bas des installations, pratiquement au cÏur de la station.

 

Copyright © Monaco Actualité

Pages par GALE FORCE de Monaco