MONACO Actualité
Côte d'Azur - French Riviera
[Home Page]     [Juin-Juillet 1998]

SPORT

L’accolade d’un "monégasque", Prince de...la piste Mika HAKKINEN, à S.A.S le Prince Souverain...

Une accolade presque amicale à S.A.S le Prince Souverain, des larmes et une prière les yeux tournés vers le ciel pendant l’hymne norvégien, un baiser fougueux digne d’un film d’amour au Festival de Cannes à sa fiancée Erja, un magnum de champagne déversé à jets continu dans le dos de toute son équipe, tels ont été les premiers gestes de Mika Hakkinen, le pilote qui rafle actuellement tout sur son passage, fou de joie.

En fait il y tenait tellement à ce succès, sur le plus beau circuit du monde, il avait tellement peur qu’elle lui échappe, que ce fut comme une délivrance lorsque le drapeau à damiers s’agita sous ses yeux : "la vue des rails me rendaient de plus en plus nerveux. J’appréhendais la faute, le moindre moment de déconcentration qui m’aurait été fatal. J’ai même pensé un moment à ce qui était arrivé ici à Senna il y a dix ans. Jusqu’au bout, et que j’avais lu quelque part. Il avait abandonné alors qu’il avait course gagnée pour avoir heurté le rail à la sortie du virage du Portier. Lorsque Alexander Wurz a violemment touché le rail avant la chicane du Port je suis sorti du tunnel à 250 km/h. Tous les drapeaux des commissaires s’agitaient. J’ai du ralentir. Il y avait des débris de sa voiture sur toute la piste. Si j’avais endommagé mes pneus à cet instant c’était fichu. D’autant que nos voitures aujourd’hui ne sont pas faites pour rouler doucement, dès que vous ralentissez la température et l’efficacité des pneumatiques chutent tandis que la température d’huile ou d’eau montent un peu trop haut..." Nouvelle star de Monaco, résident monégasque qui plus est, le Finlandais au volant de sa Mc Laren Mercedès a réussi en tout cas un sans faute et a dominé un Grand Prix marqué par l’abandon de Coulthard et les malheurs de Schumacher qui ne put que terminer 10ème : "Sur ce circuit, on le sait, il est difficile, sinon impossible de dépasser. Il faut attendre, être patient avant de trouver une faille. J’ai voulu à un moment saisir cette opportunité. ça n’a pas payé. C’est un incident de course cet accrochage avec Wurz. Il n’est pas à blâmer s’il a insisté. C’est une réaction humaine. Mes chances sont-elles désormais hypothéquées ? Difficile à dire. Si nous pouvons, chez Ferrari, d’ici quelques jours améliorer les pneus, nous pouvons revenir au premier plan. Nous avons déjà fait des progrès dans ce domaine, grâce aux produits fournis par Good- year. On pourra tirer les meilleurs enseignements au Canada, lors du prochain Grand Prix. Là on saura si oui ou non, nous pouvons contester la suprématie de ce diable de Finlandais. Un sacré bonhomme !", Au fait, il y a une autre Finlandais qui pointe aussi son nom : Il s’appelle Mika justement comme Hakkinen. Son nom : Salo. Il a terminé 4ème derrière Fisichella et Irvine. Arrivé en F1 en 1994, sur une Lotus puis après deux ans chez Tyrrell, il a succédé en quelque sorte cette année à Damon Hill dans l’équipe de Tom Walkinshaw, l’écurie TWR Arrows. Attention à lui ! Monaco pourrait bien être le départ vers une brillante carrière. Dixit Hakkinen !

 

Copyright © Monaco Actualité

Pages par GALE FORCE de Monaco