Société - Monaco Yacht Show

Un filon surexploité?

En inaugurant la formule du salon de prestige il y a cinq ans, le Monaco Yacht Show essuyait les plâtres. Son succès a fait des envieux et il est aujourd'hui plus d'un salon nautique qui se pique d'accueillir aussi des superyachts, quand ce ne sont pas des copies à l'identique qui se créent ici et là. Pas le temps de s'endormir sur ses lauriers.

Il y avait déjà le bien nommé Super Yacht de Nice et, depuis, est né le Super Yacht North West à Kirkland qui a eut l'idée lumineuse de s'improviser aux mêmes dates que la manifestation monégasque. Le prestige de Monte-Carlo et les chiffres d'affaires réalisés durant les quatre jours du salon (malgré la discrétion ambiante ont parle de 300 MF lors de l'édition 94...) ne suffisent pas à décrocher un appui ferme des participants hyper sollicités et tentés de tester si l'eau est plus bleue ailleurs. "Le doute en tout cas subsiste. Organiser ce salon représente aujourd'hui sept mois de travail pour un résultat équivalent aux années précédentes", affirme Luc Pettavino, responsable de l'événement. D'autant que l'on doit désormais faire face à "l'improvisation" , devenue une manière de vivre, et à la raréfaction du respect de la "parole donnée", qui elle n'est pas vraiment une découverte. Ainsi les réservations de charters se faisant de plus en plus tard, certains yachts annoncés étaient décommandés et remplacés par d'autres dont les propriétaires acceptaient à la dernière minute de les confier à leurs agents. Le milieu des brookers connaît lui même une concurrence âpre, à coût de commissions négociées à la baisse. Estimé entre 2 et 2,5 MF le Monaco Yacht Show "équilibre ses coûts". L'avenir? Innover. "Nous l'avons déjà fait en organisant cette année l'exposition et la vente aux enchères des canots classiques. Il faudra peut-être, en raison de la saison des charters qui se termine de plus en plus tard, et en concertation avec les professionnels, repousser les dates du salon à la fin septembre. Il faudrait penser peut-être trouver un partenariat avec d'autres événements de prestige, par exemple la Biennale des Antiquaires et Joailliers et surtout instaurer une synergie avec la Principauté dans son ensemble. Que ce soit elle dans son intégralité qui accueille les participants." Et de faire sienne la devise des mousquetaires: un pour tout et tous pour un !


IIR joue la complémentarité

Organisatrice du Superyacht de Nice et du Monaco Yacht Show, IIR se devait quelques aménagements... Ainsi, dès 96, le premier sera essentiellement dédié aux produits et aux services réservés à la construction et au management et se tiendra au Palais des Exposition de Nice. Monaco sera donc le seul à présenter les Yachts à flot et devrait d'ailleurs s'étendre à l'accueil de 50 unités en bénéficiant d'emplacements sur la digue centrale.


La Tête et les Jambes

Racheté il y a deux ans par la société IIR, déjà organisatrice du Super Yacht de Nice, le Monaco Yacht Show est rappelons-le le la "créature" de Maurice Cohen, dirigeant de la société Média Plus. Initiateur entre autre du salon de l'Oenologie et du tout récent salon de l'hélicoptère civil, il couve aujourd'hui sous son aile un nouveau projet. Celui d'un "week-end du luxe" qui dès l'été 96 réunirait en Principauté ce qui existe de plus cher au monde, toutes catégories confondues (ou presque!). La promesse d'heures encore laborieuses pour ce jeune "retraité" de quarante ans qui vient par ailleurs de prendre la présidence de la section football du Cavigal de Nice. Club où il compte plus de trente ans de présence balle au pied.


 

Copyright © Monaco Actualité

Pages par GALE FORCE de Monaco